mercredi 23 décembre 2015

Atelier Sandrine RAFFIN - Archetiers : fin d'année 2015

En vous souhaitant de bonnes fêtes de fin d'année 2015...   ...nous vous remercions vivement de votre fidélité à ce blog.

Wishing you happy holidays for end of the year 2015 and a merry Christmas...   ...
We sincerely thank you for your loyalty to this blog.

>>>  Rétrospective 2015 - Facebook

mercredi 16 décembre 2015

Existe-t-il un point commun entre Star Wars et l'archet ?



John Williams à l'Avery Fisher Hall en 2007
La réponse est oui (ou presque)! Et pas des moindres : il s'agit ni plus ni moins que d'un certain John Williams et de ses compositions orchestrales qui, pour les besoins de leurs interprétations, nécessitent souvent le recours à de grosses formations musicales donc à des musiciens pratiquants l' instrument à cordes donc à l'archet...

Voici ce qui est écrit sur la page Wikipédia consacrée à l'artiste :

"John Williams est un compositeur, chef d'orchestre et pianiste américain né le 8 février 1932 à New York.

Il est principalement connu pour ses musiques de films. On lui doit le renouveau des bandes originales symphoniques avec ce qui reste son œuvre la plus célèbre : la musique de la saga Star Wars. Compositeur attitré de Steven Spielberg et de George Lucas, Williams a composé au cours d'une carrière qui s'étend sur près de soixante ans, un grand nombre des plus célèbres musiques de films de l'histoire d'Hollywood.../...

.../...George Lucas envisageait, pour Star Wars, de recourir à une bande originale proche de celle de 2001, l'Odyssée de l'espace, à savoir une collection de morceaux préexistants ; il pensait que seules des œuvres classiques pouvaient convenir au genre de la saga épique. À l'image de 2001, il avait songé à un film quasi muet, idée que l'on retrouve dans sa mise en scène, mais Steven Spielberg put le convaincre d'utiliser les talents de Williams. Le conseil fut bon, puisque la bande originale, la meilleure vente jamais réalisée d'une musique de film, transfigure complètement le film : réalisé avec peu de moyens, des acteurs parfois peu convaincants voire réticents (Sir Alec Guinness détestait ouvertement son rôle d'Obi-Wan Kenobi, dont il qualifiait les lignes de banales), des effets spéciaux spectaculaires pour l'époque, le film remporte un succès mondial, en partie grâce à John Williams."




"Lucas était attaché à son idée de départ d'œuvres classiques. Il demande à Williams de s'inspirer de Felix Mendelssohn, Piotr Tchaïkovski, Gustav Holst et surtout Richard Wagner : l'affaire tombe à pic, puisque Williams, alors que l'époque est au rock et à la musique expérimentale, a déjà réintroduit dans ses propres productions le concept du leitmotiv, développé par Wagner et qui avait investi les musiques des films de l'âge d'or (Erich Wolfgang Korngold, Miklós Rózsa, Max Steiner), avec Les Cowboys (The Cowboys, 1972), La Tour infernale (The Towering Inferno, 1974), Les Dents de la mer (Jaws, 1975) par exemple.

Avec toutes ces références, la musique prend une place prépondérante, interagissant avec les images, appelée parfois à soutenir l'action et à préparer le spectateur avant celle-ci (The Asteroid Field), à créer l'émotion (avec l'incrustation du thème de la Force dans Binary Sunset) ou des atmosphères (avec les trompettes de Imperial March)… Le compositeur déploie et module ses thèmes, les assemble ou les confronte pour figurer au mieux les événements relatés à l'écran :

    thème de Obi-Wan Kenobi et de la Force (Force Theme)
    thème de Luke Skywalker et thème principal (Main Title)
    thème de la Princesse Leïa (Princess Leïa's Theme)
    thème de Yoda (Yoda's Theme)
    thème de Dark Vador et de l'Empire (The Imperial March)
    thème de l’Empereur Palpatine/Dark Sidious (Emperor's Theme)
    thème du destin (Duel of the Fates)
    thème de la romance entre Anakin Skywalker et Padmé Amidala (Across the Stars)
    thème de la bataille entre Anakin et Obi-Wan (Battle of the Heroes)"


"John Williams en compositeur classique pour (essentiellement) le violon:

    Un violon sur le toit
    Concerto pour violon n° 1
    Treesong

pour musique de chambre: Quatuor LaJolla

John Williams rencontre Cho-Liang Lin à Tanglewood, lorsqu'il dirige le BSO et que Lin est le violoniste solo (Mozart), les répétitions n'étant pas très longues Williams demande à Seiji Ozawa une heure de répétition additionnelle, ce qui empiète sur la répétition des Planètes de Holst dirigées par Ozawa. Lin en a été très reconnaissant. Plusieurs années plus tard, l'idée lui vient de commander à Williams une œuvre après avoir écouté son concerto pour violon. Il promet alors d'y réfléchir et quelques années plus tard il répond qu'il lui composerait une œuvre de musique de chambre s'il lui laisse le choix de l'instrumentation. Il compose très vite trois mouvements mais s'arrête, étant très occupé par la musique de film et d'autres œuvres. N'étant pas satisfait de l’œuvre il prend une autre année afin de composer deux autres mouvements.

Williams ne veut pas être payé, considérant l’œuvre comme un cadeau. L’œuvre composée de cinq mouvements est donc dédiée à Lin et est créée en août 2011 par ce dernier, Joshua Roman (violoncelle), John Bruce Yeh (clarinettiste solo du Chicago Symphony Orchestra), et Deborah Hoffman (harpe). Les mouvements sont Introduction, Aubade, Scherzo, Cantando et finale. Le quatrième mouvement est dédié à John Bruce Yeh."

"Star Wars est souvent considéré comme annonçant le début de la renaissance des grands thèmes orchestraux symphoniques, à la fin des années 1970, au cinéma."


Tant que les grands orchestres symphoniques survivront, la lutherie et l'archèterie, métiers d'Art et d'artisans, existeront...

Star Wars : le site officiel
Sortie du nouveau film Star Wars, épisode VII "The Force Awakens" (Le Réveil de la Force) le 16 décembre 2015 - durée: 02:15

(Sources: Wikipedia, YouTube, Star Wars le site, Prague Film Orchestra, LucasFilm Ltd, The Walt Disney Company, AlloCiné le site)

mercredi 9 décembre 2015

François Jude GAULARD, archetier à Mirecourt : la suite

En novembre 2011, nous avions évoqué ici la vie de François Jude Gaulard dans un article intitulé :
Un archet - un auteur : François Jude GAULARD

Pour faire écho à cet écrit, le blog "Facteurs et Marchands de Musique de l'Est de la France" publie une longue et intéressante recherche généalogique sur cet archetier. Nous vous invitons donc à parcourir ce site, riche de documents en tous genres, créé par des passionnés sur l'histoire de gens passionnants.

François Jude GAULARD archetier à Mirecourt






mercredi 2 décembre 2015

Histoire de l'archèterie - En parallèle : Napoléon 1er, Juliette Récamier et Stradivari

Juliette Récamier (Wikipédia)
Les "Cent-Jours" fut la période de l'histoire de France comprise entre le retour en France de l'empereur Napoléon Ier, le 1er mars 1815, et la dissolution de la Commission Napoléon II, chargée du pouvoir exécutif après la seconde abdication de Napoléon Ier, le 7 juillet 1815.

Mais quel peut être le rapport entre cette période, Napoléon, un violon et son archet ?

Si la guerre est un art pour tout militaire de haut rang, la musique classique en est un également pour l'Empereur...

La légende populaire selon laquelle Napoléon Bonaparte fut propriétaire d'un violon Stradivarius n'est pas avérée. Très convoité, le violon en question a appartenu, jusqu'au début du 19eme siècle, à Juliette Récamier (1777-1849) dite "Madame Récamier", femme d'esprit dont le salon parisien réunit, à partir du Directoire et jusqu'à la monarchie de Juillet, les plus grandes célébrités du monde politique, littéraire et artistique.
Le "Mercure de France" (Vol.20 - 1828) évoque même la fréquentation de cet endroit mondain par une certaine "Madame Viotti" qui pourrait laisser supposer que Giovani Baptista Viotti lui-même soit en relation avec les Récamier.


Napoléon Ier (Wikipédia)
Mariée à Jacques-Rose Récamier, riche banquier d'origine lyonnaise, Juliette va devoir, dés 1804, réduire son train de vie. A partir de cette date, les difficultés de la Banque Récamier obligent le couple  à vendre l'hôtel particulier de la rue du Mont-Blanc.
Le violon d'Antonius aura la même destinée...

Un certain Gabriel Jean Joseph Molitor en fera l'acquisition.

Inspecteur général de l'infanterie sous la Première Restauration, Gabriel Jean Joseph Molitor, né le 07 mars 1770 à Hayange (57 - Moselle), se rallie à l'Empereur pendant ses fameux Cent-Jours et prend le commandement d'une division du 5e corps de Rapp. Disgracié un temps sous la Seconde Restauration, il participe à l'expédition d'Espagne en 1823 à l'issue de laquelle il est élevé à la dignité de maréchal de France.


Le Stradivarius Molitor est un violon construit en 1697 par le luthier italien Antonio Giacomo Stradivari à Crémone. Il porte l'étiquette, « Antonius Stradivarius Cremonensis / Faciebat Anno 1697 » et est marqué au fer « Curtis Phila ».
A. Stradivari (Wikipédia)

Retour à l' Histoire de l'archèterie de ce début 19e siècle : Viotti, Stradivarius, Molitor, Napoléon, Récamier et donc... Cartier, Tourte, Dodd, Lafleur, Eury, Lefèvre, Mousselet "Baroux", Lupot, Sirjean, etc.

Tout est lié...

(Sources: Wikipédia - Google livres - L'Histoire par l'image -  recherches internes)