vendredi 31 octobre 2014

"Evocation" : un archet avec du caractère

Présenté au Salon de la Lutherie à Tokyo, ce nouvel archet de l'Atelier Sandrine RAFFIN - Archetiers allie pureté et sobriété, en l'absence de toute décoration superflue et ce, dans une parfaite clarté des formes.
Entièrement réalisé à la main, il aura nécessité une réflexion de près d'un an avant d'en définir une idée précise, idée déclinable en différents modèles du quatuor (violons, alto, violoncelle) et en utilisation de matériaux (or ou argent).

"Évocation" : Action de rappeler quelque chose d'oublié, de rendre présents à l'esprit des souvenirs (Larousse)



mercredi 22 octobre 2014

Les Grandes Usines : THIBOUVILLE LAMY / Julien TURGAN



Julien TURGAN (1824-1887)

Médecin de formation, Julien Turgan est interne des hôpitaux. Il se signale en 1848 par ses actes de dévouement lors des journées de juin puis lors de l'épidémie de choléra qui les suit. La même année, il entre comme rédacteur scientifique au journal "L’Événement" fondé par Victor Hugo, où il rédige les comptes rendus des séances hebdomadaires de l'Académie des sciences. Il devient rédacteur scientifique au journal "Le Bien-être universel" d'Emile de Girardin, et crée lui-même un journal de vulgarisation scientifique, "La Fabrique, la ferme, l'atelier" (1851–1853).

En 1852, il est nommé, avec Paul Dalloz, directeur adjoint du "Journal officiel". Il quitte ce poste en 1858, puis collabore à "La France" à partir de 1876. Pendant la guerre de 1870, il est chargé d'une mission auprès des usines d'armement par Léon Gambetta, alors ministre de l'Intérieur et de la Guerre.

Outre "Les Grandes usines", Julien Turgan a écrit "Les Ballons, histoire de la locomotion aérienne", 1851, et "Etudes sur l'Exposition universelles de 1867", 1868.
("Les Ballons, histoire de la navigation aérienne depuis son origine jusqu'à nos jours, par Julien Turgan, Plon frères", Le Conservatoire national des arts et métiers, 1851, 1e année, p. 198-200 ; LAROUSSE, Pierre, Le Grand dictionnaire universel du 19e siècle, 1864-1876 ; "Notice nécrologique de Julien Turgan", La Nature, 1887 ; La Science pour tous, dir. Bruno Béguet, Paris, CNAM, 1990 ; WORONOFF, Denis, Histoire de l'industrie en France, 1994).

Geneviève Deblock (CNAM - mai 2002)

Dans l'étude "Les Grandes Usines", Julien Turgan présente les "Établissements Thibouville-Lamy - Manufacture de cordes d'harmonie et d'instruments de musique" Vous trouverez sur ce lien un descriptif et quelques photos de la plus importante fabrique d'instruments du début 20eme siècle, bien connue du monde de la lutherie et de l'archèterie.

(Sources : Conservatoire Numérique des Arts et Métiers - Gallica/BnF - Atelier Sandrine RAFFIN - Archetiers)

mercredi 15 octobre 2014

L'archet contemporain est il toujours "moderne" ?

Archet "Le Concertant"
Vers 1839, on parle de l'archet aux dimensions finalisées par les Frères TOURTE comme étant "l'archet moderne". Mais la modernité n'est rien d'autre que ce qui s'inscrit dans une époque : art, histoire, comportements sociaux-culturels et psychologiques. Chaque époque a sa propre caractéristique qui permet à la fois de la définir mais aussi de la différencier d'une autre époque.

 



Archet "Insula Oya"
L'archet contemporain est il toujours "moderne" ? Si on considère que l'aspect physique du musicien (sa taille), son comportement social (son mode de vie) et son environnement (informatisation des outils de communication)  ont évolué de 1 à 10, alors l'archet contemporain appartiendrait au passé.
Il est demandé à l'archet d'être bon voir excellent au jeu. Mais l'archet contemporain nécessite une donnée supplémentaire : il doit être beau.
Beau dans sa conception, dans le choix de ses matériaux, dans ses références aux Grands Maitres sans en être une pâle copie, bref, dans son caractère.
 

Archet "S.R."
Comme pour la peinture, l'archet contemporain appartient à un courant, à une école... La modernité est ce qui demeure "immuable" et "éternel" puisque l'Homme reste acteur et moteur de son environnement.
L'archet "moderne" de violon a été conçu pour un poids de 55g (1835). Son point d'équilibre est donc relatif. L'archet contemporain de violon doit offrir au musicien un poids de 60-61g (2014).

 


Si l'Atelier Sandrine RAFFIN - Archetiers reste attaché à proposer à ses clients des archets anciens de Grands Maitres et de haute facture, il entame une véritable réflexion sur l'aspect de l'archet contemporain en conservant les certitudes tout en se débarrassant des approximations...

(Sources: Atelier Sandrine RAFFIN - Archetiers)

mercredi 8 octobre 2014

MATA ATLÂNTICA : terre d'archet...

Au Brésil, la Forêt atlantique (mata atlântica en portugais) est une formation végétale de type forêt tropicale humide. Elle s'étendait tout au long du littoral du pays, du Rio Grande do Sul au Rio Grande do Norte. C'est un hot-spot de biodiversité d'importance mondiale.

Son étendue originale était d'environ 1 290 700 km², soit 15 % du territoire brésilien actuel. Il n'en reste aujourd'hui que 95 000 km², c'est-à-dire 7,3 % de sa superficie initiale.

Elle couvrait d'importantes espaces de montagnes et collines dans les hauts-plateaux (dont la région de Pernambouc, chère à la fabrication des archets). Dans les régions du sud, elle arrivait jusqu'en Argentine et au Paraguay. À cause de la déforestation, principalement depuis le XXe siècle, elle se trouve aujourd'hui extrêmement réduite en superficie, et constitue une des forêts tropicales les plus menacées au monde. Malgré son étendue réduite à quelques fragments, globalement discontinus, la biodiversité de son écosystème est extrême.


Pour lutter contre cette déforestation, les chercheurs brésiliens de "l'Instituto Terra" recréent de la biodiversité en fournissant jusqu'à un million de plants par an de plus de 350 espèces de la forêt Atlantique. Différentes espèces d'animaux et de plantes sont revenues s'installer dans ce nouveau refuge...



(Sources : Wikipédia - universcience.tv / Thibault Rossigneux et Cyril de Fouquières - Atelier Sandrine RAFFIN - Archetiers)

mercredi 1 octobre 2014

La galalithe : la pierre de lait au service des archets

Si vous êtes musiciens ou professionnels des instruments de musique et que vous voyagez par travers le monde, vous avez du ou vous allez rencontrer quelques difficultés avec les douanes de certains pays "allergiques" aux éléments en ivoire d'éléphant ou de mammouth de votre archet (ou de vos instruments)...

Le problème de l'ivoire n'est pas nouveau et c'est en fin du 19eme siècle - plus précisément en 1893 - qu'un chercheur français, Auguste TRILLAT, chimiste de l'Institut Pasteur expérimente un nouveau procédé, mélange de lait et de formol, qui insolubilise la caséine du lait.

En 1897, la découverte est brevetée en Allemagne par Wilhelm KRISCHE et le chimiste autrichien Adolf SPITTELER (1846–1940) sous le nom de "Galalithe" (Casein Plastic). Appelée également "Pierre de lait", son procédé d'obtention a été affiné au début du XXe siècle.


Couteaux BORSON - Savoie
Elle fut beaucoup utilisée dans les années 1920-1930 pour réaliser des bijoux. Les établissements A. BONAZ à Oyonnax (France) et Jakob BENGEL en Allemagne furent les deux grands utilisateurs de cette matière pour réaliser de magnifiques et typiques bijoux Art déco.

Il reste cependant quelques artisans qui l'utilisent encore. En effet les qualités de la Galalithe sont là : biodégradable, anti-allergique, antistatique mais surtout sa grande possibilité d'être teinte.

Pour info : aujourd'hui, la Galalithe est employée par les faussaires pour imiter l'ivoire car son aspect en est assez proche.

Mais cela reste un bon palliatif pour les plaques de tête de vos archets et pour tous les éléments en ivoire qui viendraient à poser problèmes aux douanes du monde entier (faire préciser la matière sur vos factures).

Vous trouverez ici une recette sommaire pour fabriquer de la Galalithe soi-même (mais cela ne reste qu'une expérience)...

(Sources : Wikipedia -  Couteaux BORSON - Institut Pasteur - Rondi - Schoenlaub Galalith - Gallica / BnF - Atelier Sandrine RAFFIN - Archetiers