mardi 12 février 2013

Un archet - un auteur : Charles Alfred BAZIN

Charles Alfred BAZIN nait en novembre 1907 à MIRECOURT (88 - Vosges) dans une famille de fabricants d'archets. Charles Louis BAZIN, son père, Joseph Emile, son oncle, Charles Nicolas II, son grand-père, François Xavier, son arriere grand-père et Joseph Eustache, son arrière grand-oncle, vont laisser au jeune Charles Alfred un héritage professionnel conséquent.

Dans l'excellent article qui lui est consacré par Hélène Claudot-Hawad, ethnologue (Un enfant de Mirecourt reprend malgré lui l’archèterie familiale et tente toute sa vie de patron de demeurer un artisan - documents sonores : voix de Charles Alfred BAZIN) on peut noter :


cliché B. Lesaing

"La fabrication “à la division” (chaque élément de l’instrument conçu indépendamment des autres et en série par un ouvrier) est rémunérée à la pièce et pousse les ouvriers à la rentabilité (avec des gestes plus efficaces et rapides). Par contre, la pratique artisanale reste rémunérée à l’heure.

En 1936, Charles-Alfred Bazin quitte le giron familial, part à Paris exercer un autre métier, mais il est rattrapé par l’obligation de reprendre l’affaire de son père accidenté. Après la guerre, le commerce décline en perdant son client américain. La disparition des orchestres et l’émergence des enregistrements musicaux participent également de la crise. Les jeunes luthiers doivent changer de métier, la ville de Mirecourt les oriente vers les postes, les douanes…

Charles-Alfred Bazin pense que l’origine ouvrière des patrons de Mirecourt les a empêchés de valoriser et de commercialiser leur fabrication sur le plan artistique. Il pointe la concurrence déloyale entre Paris et Mirecourt."

C’est suite à la requête de Charles Alfred BAZIN auprès de l’Académie française  que le mot “archetier” (tant espéré par son grand-père et son père) a été introduit dans le dictionnaire de la langue française. Cette distinction était souhaitée par les luthiers fabriquants de violons, altos, violoncelles et contrebasses.

Charles Alfred BAZIN décède en mars 1987.
Sa conséquente production d'archets (signée Charles BAZIN) de très bonne qualité (de par le choix du bois utilisé) reste l'attrait de bons nombres de musiciens professionnels et amateurs avertis.

A consulter : les carnets de la phonotèque

(Sources : Google Maps, Archives des Vosges, Helene Claudot-Hawad, luthiers-mirecourt, Ville de Mirecourt, archives et recherches personnelles, cliché de B. Lesaing)


Aucun commentaire: