lundi 12 novembre 2012

Un archet - un auteur : Charles Louis BAZIN dit "Louis BAZIN Fils"


Charles Louis BAZIN nait en septembre 1881 à MIRECOURT (88 - Vosges) dans une famille de fabricants d'archets. Charles Nicolas II, son père, François Xavier, son grand-père et Joseph Eustache, son grand-oncle, vont lui laisser un héritage conséquent. Sa grand-mère, Jeanne Hélène MAUCOTEL participe également et activement au développement de l'entreprise BAZIN en tant que "garnisseuse" d'archets.

C'est donc très tôt que Charles Louis va apprendre son métier auprès de son père et de son frère ainé, Joseph Emile. Un apprentissage difficile, au cœur d'un atelier florissant, entouré de nombreux ouvriers sans complaisance. Alors que Charles Nicolas II s'éloigne quotidiennement de sa société pour commercialiser la production d'archets et d’accessoires, Charles Louis va le remplacer petit à petit dans l'entreprise et superviser la fabrication et le travail des archetiers. La fabrication “à la division” (chaque élément de l’archet conçu indépendamment des autres et en série par un ouvrier) est rémunérée à la pièce et pousse les ouvriers à la rentabilité (avec des gestes plus efficaces et rapides). Par contre, la pratique artisanale reste rémunérée à l’heure.

Vers 1907, son père lui transmet la manufacture, rue Estivent (rue Estivant), et continue discrètement à œuvrer dans un coin de l'atelier en réalisant des archets de maitre jusqu'en 1915, date de son décès.
Joseph Emile abandonne le métier et devient professeur de musique.
Charles Louis BAZIN prolonge la tradition familiale de l'apprentissage en apprenant le métier, entre autre, à son fils, Charles Alfred. En 1952, il lui transmet l'entreprise (comptant jusqu'à 50 ouvriers) - malheureusement au début d'une crise économique qui va toucher profondément la lutherie et l'archèterie.

Charles Louis BAZIN meurt en novembre 1953, dans sa ville natale.
Les archets de fabrication artisanale de l'atelier Louis BAZIN et les archets du Maitre sont aujourd'hui très recherchés. La qualité de ceux-ci n'est plus à démontrer et fait le bonheur de musiciens confirmés.

 
 
 
 
Photos : rare archet de Louis BAZIN monté or, visible à l'atelier.

(Sources : Archives des Vosgesluthiers-mirecourt.com – recherches personnelles – Musée de la Lutherie de Mirecourt - Hélène Claudot-Hawad)

Aucun commentaire: