jeudi 26 février 2009

Avertissement et mise en garde


Vu la recrudescence des vols d'instruments (et donc d'archets), nous vous conseillons d'acheter vos instruments à cordes (et donc archets) chez de vrais professionnels qui doivent vous fournir facture acquittée, complétée des dispositions obligatoires (nom, adresse, téléphone, n° siret, n° tva du vendeur + votre nom et adresse de client + numéro de facture) et certificat de vente (voir d'expertise).
Ces instruments volés sont souvent connus par la profession et vous pourriez, un jour, être soupçonné de recel par votre luthier ou votre archetier si vous vous trouviez en possession d'un exemplaire déclaré volé.

Acheter un instrument volé, c'est commettre un délit !


Rappel : Article 321-1 - Le recel est le fait de dissimuler, de détenir ou de transmettre une chose, ou de faire office d'intermédiaire afin de la transmettre, en sachant que cette chose provient d'un crime ou d'un délit.
Constitue également un recel le fait, en connaissance de cause, de bénéficier, par tout moyen, du produit d'un crime ou d'un délit.
Le recel est puni de cinq ans d'emprisonnement et de 375 000 euros d'amende.

Merci de signaler aux autorités tout agissement qui vous semblerait douteux.

Merci au site www.violondisparu.fr pour l'illustration ci-dessus. L'histoire poignante d'un instrument de musique volé à une musicienne...

mardi 3 février 2009

La folle journée de Nantes : Apéro musical - ARTE






L' Apéro Musical, dimanche 31 janvier 2009 sur ARTE, nous a agréablement surpris...
Merci à Jean-Guihen QUEYRAS et à Loïc RIO (Quatuor Modigliani) de nous avoir fait partager ces bons moments musicaux...

Atelier RAFFIN - Lucien HELLE : la tradition artisanale


Magazine "Métiers d'arts" n°206

"Lucien HELLE est créateur et restaurateur de devantures anciennes… Enfin plutôt créateur, car dans ce domaine, il est souvent plus facile de repartir à zéro que de restaurer des enseignes en mauvais état. Petite particularité : Lucien HELLE est un des seuls, en France, à maitriser la technique églomisée de l'or collé froid, une technique d'autrefois utilisée jusque dans les années trente et oubliée depuis. On comprend désormais pourquoi les belles devantures " à l'ancienne " ne fleurissent plus beaucoup de nos jours, excepté à Paris où il " opère ". Ce savoir-faire qu'il a réappris seul " en essayant ", connait un certain succès auprès des boulangeries d'un certain standing et des épiceries fines de la capitale. Le salon de thé Ladurée, l'enseigne les Moulins de la Vierge, la boucherie de Monsieur Batignole, film qui se passe dans les années quarante, sont ses œuvres."

C'est un véritable pari que cet artisan d'art a bien voulu relever en créant la devanture de notre atelier d'archèterie. Pari d'intégration d'une "boutique" style 1900 rue de Rome réussi.
L'art de conjuguer des métiers de passion pour le plaisir des yeux et des oreilles...

Site Internet de Lucien HELLE