vendredi 28 novembre 2008

Olivier CHARLIER - PRAGUE CHAMBER ORCHESTRA


Vu sur www.concerts.fr

OLIVIER CHARLIER : SA BIOGRAPHIE
Sans jamais rechercher le tapage médiatique, Olivier Charlier s’est imposé comme un des principaux violonistes de sa génération. Sous un dehors de douceur et de modestie, il poursuit en fait un parcours exemplaire : premier prix du Conservatoire national supérieur de musique de Paris à 14 ans, couronné dans la foulée des lauriers internationaux les plus convoités (Munich, Montréal, Sibelius, Jacques Thibaud, Indianapolis, Young Concert Artists New York), pris spontanément sous l’aile de monstres sacrés tels que Nadia Boulanger, Yehudi Menuhin et Henryk Szeryng, ce virtuose a connu un succès d’une fulgurante précocité. Olivier Charlier peut, à juste titre, revendiquer son appartenance à l’école française de violon - celle de Jacques Thibaud, Ginette Neveu, Christian Ferras... et se vanter de la faire briller sur les scènes du monde entier. Il a joué avec plus d’une cinquantaine d’orchestres français, aux premiers rangs desquels on trouve tous les orchestres parisiens (Orchestre national, Orchestre de Paris, Philharmonique de Radio France, Opéra, Ensemble orchestral, Associations), ainsi que tous les orchestres de régions (ONDIF, Lyon, Bordeaux, Toulouse, Lille, ONPL, Strasbourg, Montpellier, Cannes, Nice). Il est également l’invité régulier des grandes formations internationales : London Philharmonic, BBC Philharmonic, Hallé Orchestra, CBSO Birmingham, Symphonique de Berlin, Orchestres des Radios de Hambourg, Saarbrücken, Orchestre de Chambre du Württemberg, Bayerische Rundfunk, Tonhalle de Zurich, Nederlands Philharmonisch, Résidence de la Haye, Monte-Carlo, Prague, Zagreb, New York, Montréal, Québec, Mexico, Tokyo, Sydney... Olivier Charlier poursuit avec discernement une carrière discographique, reflet de son éclectisme, comprenant entre autres (chez Chandos) les concertos de Dutilleux "L’arbre des songes", Lalo (Concerto Russe et Concerto en Fa), Edward Gregson, Gerard Schurmann (tous avec le BBC Philharmonic Orchestra), celui de Roberto Gerhard (BBC Symphony), les deux Mendelssohn avec l’Orchestre philharmonique de Monte-Carlo et Lawrence Foster (Erato), Saint-Saëns avec l’Ensemble orchestral de Paris et Jean-Jacques Kantorow (EMI France). En sonate, il a enregistré de nombreuses oeuvres françaises avec Jean Hubeau : Franck, Debussy, Saint-Saëns, Pierné, Vierne (Erato). Et avec le duo qu’il forme avec Brigitte Engerer : Schumann, Grieg et Beethoven (Harmonia Mundi). Olivier Charlier enseigne au Conservatoire national supérieur de musique de Paris, où il a succédé à son professeur Pierre Doukan en 1992. Il est régulièrement invité aux jurys des concours internationaux : Munich, Hanovre, Indianapolis, Jacques Thibaud...

NOUVEAU CD : W.A. MOZART Violin concertos nos. 3, 4, 5 avec le Prague Chamber Orchestra



21, 23 & 24 janvier 2009 - THEATRE DES CHAMPS-ELYSEES "Prades aux Champs-Elysées"

mercredi 29 octobre 2008

Du shtetl à New York - Sirba Octet avec Isabelle Georges


Musique Tzigane et Yiddish.
De Bessarabye à Over the rainbow, de Rozhinkes mit Mandlen à My funny Valentine, une invitation à un feu d’artifice musical entre musique traditionnelle et comédie musicale, servie par des musiciens issus des plus prestigieuses formations françaises. Virtuosité, émotion et … claquettes ! Une invitation à découvrir les racines de la musique américaine…

Merci à Richard SCHMOUCLER pour son adorable invitation au Théatre de L'Europe et pour cette soirée fantastique en présence d'Ivry GITLIS...

Avec : Laurence Allalah, Philippe Berrod, Laurent Boukobza, Christian Brière, Bernard Cazauran, David Gaillard, Isabelle Georges, Claude Giron, Iurie Morar, Richard Schmoucler

* Note d’intention

Du Shtetl à New York retrace l’odyssée de milliers d’hommes et de femmes à travers la musique… Des berceuses aux standards de Jazz …de Rozhinkes mit mandlen à Funny valentine. Du théâtre yiddish à la comédie musicale… de Fiddle à I got rythm. Du klezmer au ragtime… D’Ukranian memory à Alexander’s Ragtime band. Du shtetl… à l’âge d’or de la comédie musicale américaine.

Entre la fin du XIXe siècle et la Seconde Guerre mondiale, près de 600 000 juifs d’Europe de l’est émigrent aux États-Unis pour fuir les pogroms. Parents et enfants quittent les shtetls de la vieille Europe pour le « paradis américain ».

Une fois à Ellis Island ou Castle Garden, avant de mettre un pied sur le sol américain, ils passent l'inspection. Ceux qui n’ont ni ami, ni famille, ni lettre d’embauche, ni argent sont envoyés à Ward’s Island. Quelques-uns sont employés sur place, mais la majorité sont placés dans des hôpitaux ou asiles de fous. Ceux qui passent avec succès l’examen physique ont leur passeport tamponné et sont admis sur une grande barge qui les emmène en bas de l’île de Manhattan. Le long voyage est fini, le tsar, les pogroms et la pauvreté en Europe sont enfin derrière, et devant … Le pays aux rues pavées d’or !

Bien qu’habituée à la pauvreté depuis des années, la première génération d’immigrants n’est pas préparée au mode de vie américain. Dans les shtetls, la structure sociale est basée sur l’éducation, aux Etats unis, la structure sociale est basée sur l’argent… 90% des juifs russes s’installent dans le Lower Side. Les maisons sont en piteux état, les appartements surpeuplés, les rues sales et dangereuses. Mais si le quartier est un endroit affreux au quotidien, sa situation géographique permet aux immigrants d’être au centre des industries de la ville.

La première génération de ces immigrés juifs se tue à l’ouvrage dans les sweatshops, généralement situées au sous-sol des immeubles sans fenêtres ni ventilateurs. Les adultes et les enfants y travaillent 6 jours par semaine de 12 à 16h par jour avec des salaires de 50 cents à 1$50 la semaine. Sur ce continent dont la culture est complètement différente de la leur, sur cette planète inconnue dont ils ignorent la langue, le yiddish devient le médian pour des centaines de milliers de juifs de l’est. C’est le langage de la rue, de la maison, des boutiques, de l’usine et de la synagogue. Des journaux, magazines et livres sont publiés en yiddish.

Le théâtre yiddish présente sous forme de satyres la vie des immigrés avec leurs espoirs et leurs ambitions. Tous les immigrants juifs, jeunes, âgés, patrons, ouvriers, pauvres et riches trouvent dans cet art un moyen d’oublier les misères du quotidien. Riches de leurs origines, certains de ces immigrants vont transformer le visage de l'Amérique par leur créativité. Ils vont bâtir leur rêve américain, celui d'une communauté idéale au sein de laquelle tout le monde a les mêmes chances. Ce rêve, ils l'expriment sur les pages des partitions musicales et sur les scènes des théâtres créant ainsi quelques-uns des plus grands succès de la comédie musicale américaine et des standards de jazz.

Les héros de ce voyage humain et musical sont Israel Isidore Beilin (Irving Berlin), Jacob et Israel Gershowitz (George et Ira Gershwin), Hyman Arluck (Harold Arlen), Rogazinsky (Richard Rodgers), Asa Yoelson (Al Jolson), Sonia Kalish (Sophie Tucker)...

Isabelle Georges et Richard Schmoucler

Les Mauvaises 2 - L'érotisme de la tragédie


Merci à Patricia CLEMENT (Rose) et Martine THINIERES (Blanche) de nous avoir invité à leur dernier spectacle à la Cartoucherie au Théâtre du Chaudron. Le violoncelle reste l'instrument de prédilection de ce spectacle d' 1h20, poétique et loufoque à l'humour décalé... Pince sans rire s'abstenir !

Vu sur Théâtre on line :
Duettistes hors catégories, virtuoses du décalage, Les Mauvaises traversent plus de deux mille ans de tragédie en moins d'une heure vingt. Antique, classique ou sensuel, aucun genre n'échappe à leur sagacité. Un pur moment de poésie épicurienne.

Qu'est-ce qu’il se passe ? Aristote a-t-il vraiment vampirisé le théâtre occidental ? Où en est la tragôdia - le « chant des boucs » ? La tragédie - le genre dramatique - disparaît peu à peu de la scène théâtrale occidentale. On en représente rarement et on s'y ennuie souvent. Est-ce une question de fond, de forme ? Dans Les Mauvaises - l'érotisme de la tragédie Blanche Descroches et Rose Bécarre - spécialistes mondiales autoproclamées² - se posent cette question, établissent un diagnostic et proposent un remède.

Comment représenter la tragédie aujourd'hui, ici et maintenant ? Comment relier l'histoire de Médée, Marguerite Gautier ou Jo Caste à nos préoccupations, nos angoisses, nos interrogations actuelles ? Comment entendre la musique intérieure, retrouver le caractère sauvage, primitif, l'essence même de ces personnages qui nous disent tant sur nous-mêmes ?

Pour répondre à ces questions, Les Mauvaises revisitent le destin de ces archétypes, et puisent dans deux gisements de poésie, d'intelligence et de fantaisie: les oeuvres d’auteurs oubliés - ceux qui auraient eu une grande réputation s'ils n'avaient point eu de frère, les seconds couteaux de la petite histoire - et les oeuvres imaginées d’auteurs imaginaires.

Les Mauvaises sont drôles, mais ne vont jamais chercher le rire, elles font ce qui ne se fait pas et cultivent l'absurdité. Le rire, s'il vient, est issu de leur poésie, de leur candeur aussi, de leur fragilité, de leur être profond en tous cas. Les Mauvaises ont un regard lucide, acéré, et admiratif sur le théâtre tragique. Héroïnes de par leur quête, mais hors normes de par leur méthode, elles sont les petites filles adoptives de Peter Sellers et de Florence Foster Jenkins. Sincères et vraies, elles font les choses très sérieusement et ont la grande assurance de ceux qui y croient éperdument.

Les Mauvaises ont une vocation : cultiver les décalages de sens, les associations incongrues et les paradoxes syllogistiques. Adeptes inconditionnelles de l'oxymore, la Tragédie ne pouvait échapper à leur quête de non-sens. Riches de leurs compétences abyssales tous domaines confondus (jeu dramatique, musique, chant, claquettes...), Les Mauvaises proposent un spectacle total.

jeudi 11 septembre 2008

MONDOMUSICA : du 03 au 05 octobre 2008

Du 03 au 05 octobre prochain, venez nous retrouver à Crémone en Italie pour le Salon International des instruments musicaux d'artisanat et des accessoires pour la lutherie.
Certainement le salon professionnel le plus important au monde...

Stands 213 et 223

N'hésitez pas à nous contacter pour obtenir une entrée gratuite et/ou prendre rendez-vous avec notre atelier ou pour vos expertises d'archets anciens avec Monsieur Jean-François RAFFIN, archetier-expert : 01.43.87.77.54

From 03rd to 05th of October, we will give you an appointment in Cremona in Italy for the International Exhibition of musical craftsmanship instruments and violin making accessories.

The most important worldwide exhibition of handcrafted musical instruments...

Stands 213 and 223

Do not hesitate to contact us to get a free entrance and / or make an appointment with our workshop or for your expertise for your old french bows with Mr Jean-François RAFFIN, bowmaker-expert: +33 (0)1.43.87.77.54

mercredi 16 juillet 2008

C'est les vacances !


C'est les vacances et...

...nous sommes en été depuis à peine un mois.
Et déjà le poids des fermetures pour congés annuels commence à se faire sentir.

Durant juillet et août vous constaterez que l'accès à tout un ensemble de services publics ou privés diminuera inévitablement. Ne paniquez pas, c'est un
phénomène qui se répète chaque année et la cause s'appelle "vacances".

Pendant ces soixante-deux jours, notre Atelier marche donc au ralenti mais reste ouvert (sauf samedi, dimanche et jours fériés) !
Rassurez vous, toutes nos prestations sont réalisées en temps et en heure et nous ne laisserons pas tomber un musicien en "panne" d'archets pendant la saison musicale.

Le mois de septembre va redémarrer très fort ! Alors, si vous pouviez anticiper sur vos besoins de prestations, nous vous en serions très reconnaissants afin de planifier au mieux notre travail...

Qui a dit que le métier d'archetier était de tout repos ?

jeudi 10 juillet 2008

Saskia LETHIEC - Biographie et Agenda


Saskia LETHIEC

Née en 1974 dans une famille de musiciens, Saskia Lethiec a la chance de côtoyer les plus grands artistes (Miklos Perenyi, Arto Noras, Leonard Rose, Jean-Claude Pennetier, Mieczyslaw Horszowski) en écoutant les concerts de ses parents qui lui transmettent le désir de se consacrer très jeune à l’art du violon.
Elle reçoit à 13 ans son 1er Prix du CNR de Nice et se produit la même année en soliste au Venezuela avec l’Orchestre Simon Bolivar.
Elle est ensuite reçue dans la classe de Jean-pierre Wallez au Conservatoire de Genève. Elle obtiendra le premier Prix avec distinction à 17 ans et jouera la Symphonie espagnole de Lalo avec l’Orchestre de la Suisse Romande au Victoria hall.
Elle obtiendra également une bourse du Eastern Music festival of North Carolania et recevra le premier prix du concerto Competition.
Parallèlement à ses études supérieures, elle commence à se produire régulièrement en duo avec sa sœur Karine en France et à l’étranger.
Reçue au concours du cycle de perfectionnement du CNSM de Paris dans les classes d’Alain meunier, Gérard Poulet et Christian Ivaldi elle obtient plusieurs prix internationaux ( Vierzon, Ferras-Barbizet, Bucarest) qui lui permettent de jouer plusieurs fois sur France musiques et de participer à de nombreux festivals français et étrangers. Elle reçoit la bourse du Ravinia Festival of Chicago où elle se produira en soliste, en musique de chambre et suivra les masters-classes de Miriam Fried, Claude Franck, David Geringas.
Elle voyage beaucoup en Allemagne et en Angleterre pour se perfectionner auprès de Zackar Bron, Mihaela Martin ( Hochschule de Lübeck et de Cologne, Konzertexam) et Maurice Hasson.
Elle développe son activité de concertiste en quatuor, en sonate, intègre l’Ensemble Calliopée en 2002 et fonde en 2003 le trio Hoboken
Elle se produit aux festivals de Colmar, Dinard, Sceaux, Scheffield, Amati et dans des salles prestigieuses telles les Champs-Elysées, Salle Cortot, Concertgebauw d’Amsterdam.
Elle obtient également son CA par la formation diplômante du CNSM de Paris. Elle est professeur au CNR de Versailles.
Elle est co-directrice du Festival Amadeus (Genève) et du Festival Musique d' un siècle (Dieulefit) .


Pour retrouver l'agenda complet de Saskia, cliquez ici

mercredi 9 juillet 2008

NEWSLETTER Atelier RAFFIN




Notre nouvelle newsletter de Juillet est parue...
Pour la recevoir régulièrement, n'hésitez pas à vous y inscrire sur notre site www.jfraffin.fr

Notre Atelier reste ouvert tout l'été...
Bonnes vacances et bons concerts à tous !


Our new July "newsletter" is published...
To have it everytime, you could register on our website www.jfraffin.fr

Our Workshop is open all summertime...
Have good holiday and concerts !

jeudi 29 mai 2008

Enseignement professionnel : CAP d'archetier - PARIS (75008)

Le CAP Ouvrier Archetier est une spécificité à part entière du monde de la lutherie : un certificat d'aptitudes professionnelles en fabrication d'archets neufs du quatuor, en restauration et en réparation des archets pour violon, violoncelle, alto et contrebasse anciens.

Chaque pièce de l’archet est fabriquée ou réparée à la main et demande une grande minutie ainsi que des notions musicales et instrumentales.
L’ouvrier archetier peut, après son CAP, poursuivre sa formation par un Brevet de Technicien.

Notre atelier situé à Paris (75008) propose de recevoir, dés la rentrée prochaine, un candidat ou une candidate à l' apprentissage de ce métier d'art.
Ce projet est soutenu par la S.E.M.A et la Chambre de Métiers et de l' Artisanat de PARIS
Age : dés 14 ans (apprenti Junior). Une passion pour la musique classique est un plus.
Pour tout renseignement : Sandrine RAFFIN 01.43.87.77.54 ou info@atelier-raffin.com

Fiche ONISEP CAP Ouvrier archetier

jeudi 31 janvier 2008

Jeong-Bong LEE : retour en COREE/ come back in KOREA



Notre assistant , Jeong-Bong LEE, après 3 ans de perfectionnement dans notre atelier, retourne en sa terre natale - la Corée du Sud - pour y installer son atelier d'archèterie auprès de sa petite famille.


Après sa participation au Concours du Meilleur Ouvrier de France en 2007, Jeong-Bong LEE est certainement l'un des plus prometteurs archetiers internationaux.


Souhaitons lui bonne chance dans ses nouvelles responsabilités de chef d'entreprise.




Our assistant, Jeong-Bong LEE, after 3 years of improvement in our workshop, come back in his native country - South Korea - to install there his workshop of bowmaking near his family.


After to take part in the Concours of the Best Workman of France in 2007, Jeong-Bong LEE is certainly one of the most promising international bow makers.


We wish him good luck in its new responsibilities of manager.

lundi 21 janvier 2008

Conférence au HAVRE - Exposition sur le Pernambouc


Samedi 19 janvier, Sandrine RAFFIN présentait, auprès d'un public averti et passionné, une conférence sur l'histoire de l'archèterie en complément de l'exposition "Le Pernambouc et l'Archet" organisée en partenariat avec l'association "Résonances".

Cette exposition est présente jusqu'au 22 janvier 2008 au Conservatoire Arthur Honegger 70 cours de la République 76600 LE HAVRE (Tél : 02 35 11 33 80).

Nous restons persuadés que cette manifestation ne manquera pas d'être exposée en d'autres lieux de part l'intérêt du sujet et la documentation qui l'accompagne. Encore bravo à ses organisateurs...


Prochaine conférence : le 23 février à Saintes.

vendredi 4 janvier 2008

Meilleurs Voeux pour 2oo8 / Best wishes for 2oo8

A tous les musiciens, professionnels et passionnés, nous vous souhaitons une bonne, heureuse et mélodieuse année 2008. L' ambition de notre Atelier reste intacte : vous servir dans le respect des traditions des Maîtres Archetiers d'Art et être au plus proche de vos attentes... A bientôt !

To the musicians and professional dealers, we wish you a good, happy and melodius year 2008. The ambition of our Workshop remains intact: to help you in the respect of the traditions of the Masters of Bowmaking Art and to be near of your waitings... With soon!

Sandrine RAFFIN